Annonces

Javanais

Javanais

Le javanais est un système de codage, basé sur l’utilisation d’une phonologie parasitaire. L’idée est de masquer le vrai message aux non initiés. C’est aussi un phénomène linguistique qui a eu ses heures de gloires, dans la vie quotidienne comme dans l’art.

Dans le cas du javanais, le principe général est d’ajouter la syllabe av après chaque consonne ou groupe de consonnes (tr, ch, ph, cl…), lorsqu’il s’agit de séparer les syllabes du mot initial :
→ « trésor » devient « travésavor ».

La notion de « séparation de syllabes » indique que l’on ne met jamais av après une consonne terminant un mot.

Quelques règles complexifient le codage (attention, ces règles ne sont pas toutes communément partagées) :

Le y est un cas spécial. On le considère comme une consonne, et s’il est prononcé comme un i, on le considère comme une consonne (on ajoute donc av, mais également un i.
→ « moyen » devient « mavoyaven » (le y n’est pas prononcé comme un i, mais tout de même considéré comme une consonne).
→ « paysan » devient « pavayavisavan » (le y est considéré comme une consonne, mais ici prononcé comme un i).

Lorsque le mot commence par une voyelle, le mot est préfixé de av (ici les avis divergent) et les monosyllabes commençant par une voyelle aussi (par exemple « a », « à », « en », « un »).
→ « amusant » devient « avamavusavant ».
Les avis divergent et certaines sources évoquent un h virtuel placé devant certains mots, ce qui explique l’ajout de av.

Le e,s’il est muet ou nom (en fin de mot) est plus compliqué à gérer :
→ « compliqué » devient « cavomplaviquavé » (le é n’est pas muet, on ajoute le av après le groupe qu).
→ « farce » devient « favarce » (le e est muet, on n’ajoute pas le av après la consonne, sauf si l’on veut insister sur le mot, ce qui donnerait « favarcave »).
→ « de » devient « dave » (car pour les mots de deux lettre, même si le e est muet, le av est de rigueur).

Il s’agit là de règles simples, adaptées (à condition de lever toute ambiguïté) aux énigmes et chasses au trésor.
Il est évident que le javanais est une langue vivante, toute en nuances et dont la richesse nous échappe dans cet article.

J’ai évoqué la forme usuelle avec la syllabe av, mais il existe des variantes, avec le ja par exemple.

Texte de Serge Gainsbourg, sur le thème de la javanaise, joli exercice de style (je ne souligne que les associations av, mais il y a aussi les associations ev  et l’omniprésence du v)  :

J’avoue, j’en ai bavé, pas vous, mon amour
Avant d’avoir eu vent de vous, mon amour
Ne vous déplaise, en dansant la javanaise
Nous nous aimions, le temps d’une chanson

A votre avis, qu’avons-nous vu de l’amour
De vous à moi, vous m’avez eu, mon amour
Ne vous déplaise, en dansant la javanaise
Nous nous aimions, le temps d’une chanson

Hélas, Avril en vain me voue à l’amour
J’avais envie de voir en vous cet amour
Ne vous déplaise, en dansant la javanaise
Nous nous aimions, le temps d’une chanson

La vie ne vaut d’être vécue sans amour
Mais c’est vous qui l’avez voulu, mon amour
Ne vous déplaise, en dansant la javanaise
Nous nous aimions, le temps d’une chanson

Laisser un commentaire